Non, ce lycée de Pontoise n’est pas une ancienne Kommandantur nazie.

La semaine dernière, alors que j’essayais tant bien que mal de profiter de ma demi-heure journalière de pause déjeuner, j’ai reçu une photo des plus intrigantes. Quel ne fut pas mon étonnement lorsqu’une amie m’a envoyé une photo de mon lycée « sous l’occupation ». Une kommandantur ? Certes, je le savais de droite, souvent extrême dans ses décisions et religieux maladif mais nazi ? Non, pas lui, quand même pas. Bien que j’aie horreur de cet établissement, où la doctrine du « je pense donc je suis » a été remplacée par celle du « je me soumets donc j’existe », il était nécessaire que j’authentifie cette image.

Après plusieurs heures de recherches, j’en ai enfin trouvé la source. Petit indice : ça ne provient absolument pas d’archives de guerre et ça ne date même pas de la Seconde Guerre Mondiale.

Voici la photo qui a été diffusée et relayée sur les réseaux sociaux :

Voici à présent des images issues du film « La verte moisson », de François Villiers, en 1959 : 

Voici la Une du journal  « L’Avenir de l’Ile-de-France », datant du 24 juillet 1959, nous informant que le torunage du film se déroule à Pontoise : 

Voici la fiche IMDb du film, stipulant que le lycée Notre Dame de la Compassion (à l’époque Institut Notre Dame de la Compassion) a été utilisé comme lieu de tournage :

Moralité : si vous ne vérifiez pas vos sources, je le fais, au nom de la vérité.

7 Replies to “Non, ce lycée de Pontoise n’est pas une ancienne Kommandantur nazie.”

  1. Excellent travail !

  2. Super enquête ! C’est impressionnant de voir des jeunes comme toi, en quête de vérité.

  3. Un vrai journaliste en herbe, quand est-ce qu’on te voit dans Quotidien ?

  4. Rien à dire sur cet aricle, c’est bien.

  5. C’est génial de vouloir rétablir la vérité comme ça, de ne pas vouloir partager des fake news, de toujous vérifier ce que tu reçois

  6. C’est top !

  7. Bravo, je peut confirlmer car la kommandantur était la maison de mon Grand-Père réquisitionnée, place Notre-Dame.

Laisser un commentaire