Rompre, de Yann Moix : autopsie de la mort du couple

Bouc émissaire de la justice expéditive des réseaux sociaux, Yann Moix fait partie de ces nouvelles victimes dont la tête est coupée pour une phrase sortie de son contexte et métamorphosée par une succession d’innombrables tweets allant de la paraphrase partielle à la réécriture totale. Avec Rompre, il nous livre, influencé par Stendhal et Gide, notamment à travers sa conception de l’amour comme cristallisation, un problème auquel chaque être humain a été confronté. Nous y découvrons un personnage aux antipodes de ce que ses détracteurs laissent à croire. L’auteur effectue une déchirante mise à nu dans laquelle il expose sa vision du couple. Mais Rompre, c’est avant tout une structure : le dialogue. La cure psychanalytique, comme l’auteur le confesse lui-même, n’a pas fonctionné alors il lui a fallu trouver moyen de remonter la pente : panser les maux en pensant les mots. Il se projette dans un dialogue entre lui et lui-même, transposé en journaliste interviewant un écrivain à la dérive. Un écrivain qui, paradoxalement, vomi l’idée du couple tout en étant incapable de se confronter à la solitude du célibat : « Quand on est en couple, on a souvent envie de respirer. On rêve d’être seul. Quand on se retrouve mécaniquement seul, on s’aperçoit qu’autant il est facile quand on est deux d’aller se reposer dans la solitude quelques jours, autant il est impossible quand on est ‘un’ de se retrouver à deux en claquant des doigts. C’est la grande illusion quand on est à deux de penser qu’on serait mieux seul. Lorsqu’on est deux, on peut partager le monde, on peut voyager, faire l’amour, construire des souvenirs ». Mais, dans un élan auto-destructeur consciemment inconscient (formule paradoxale qui, après relecture, fait sens) et presque masochiste, Yann Moix s’évertue à abîmer ses relations jusqu’à l’essoufflement puis la destruction. Son récit est parsemé de ce qu’il nomme, très justement, les « hématomes du passé ». Avec Rompre, il fait à nouveau œuvre. 

Rompre, c’est cent-huit pages de cocaïne littéraire que l’on snife d’un coup, sans prendre une seule pause. La fin de ce livre est aussi douloureuse que la fin d’une histoire d’amour.

6 Replies to “Rompre, de Yann Moix : autopsie de la mort du couple”

  1. Moix sac a merde va crever

  2. Le porte parole de la mysoginie, bravo de faire la pub d’une pouriture pareille

  3. Un très grand écrivain qui ne dérange que les cons. Les réels amateurs de littérature sont capables d’admirer sa prose.

  4. Mon écrivain préféré victime, comme tu le dis si bien, de la « justice expéditive des réseaux sociaux ».

  5. Je suis une femme de cinquante ans et je vous emmerde monsieur Moix.

  6. S’arrêter à des morceaux de phrases est stupide. Il faut lire Yann Moix et ensuite se faire un avis. Pour moi, c’est un grand oui. Relire « Naissance » et « Jubilations vers le ciel » pour comprendre le personnage et l’homme.

Laisser un commentaire